Et au pire, on se mariera

Début de tournage le 29 août prochain

Mettant en vedette

Sophie Nélisse

Karine Vanasse

Jean-Simon Leduc

Isabelle Nélisse

Produit par

Lyse Lafontaine, François Tremblay (Lyla Films – Canada) et Elisa Garbar (Louise Productions – Suisse)

Montréal – 27 juillet 2016 –  Lyla Films et Louise Productions sont heureux d’annoncer que le tournage du prochain long métrage de Léa Pool, Et au pire, on se mariera, débutera le 29 août prochain et se poursuivra jusqu’au 8 octobre. Scénarisé par la réalisatrice et Sophie Bienvenu, d’après son roman Et au pire, on se mariera, publié aux éditions La Mèche.

Ce treizième long métrage de Léa Pool, traite des amours interdites et de la violence des premiers émois.

Comme l’enfer, l’amour est pavé de bonnes intentions. Et au pire, on se mariera, c’est l’histoire d’Aïcha (14 ans), de ceux qui l’aiment, de cet amour qui dévore et qui détruit. Seule avec sa mère Isabelle (Karine Vanasse), Aïcha (Sophie Nélisse), ne pardonne pas à celle-ci d’avoir mis à la porte son beau-père algérien qu’elle adorait. Elle espère toujours qu’il reviendra la chercher. Lorsqu’elle rencontre Baz (Jean-Simon Leduc), un gars qui a le double de son âge, c’est le coup de foudre, le vrai, le fort, celui qui fait mal. Lui ne veut qu’aider cette jeune fille qui semble perdue, mais elle désire bien plus que lui, et elle est prête à tout pour l’obtenir.

Suivre Aïcha, c’est entrer dans un labyrinthe pour s’y perdre autant qu’elle…

Pour Léa Pool, le cinéma est une question de passion et de sensibilité. Dans sa démarche cinématographique, elle travaille avant tout avec ses émotions pour nous raconter des histoires touchantes, sensuelles et passionnées. Léa Pool s’est vu décerner de nombreuses distinctions au cours de sa carrière. Son dernier long métrage, La Passion d’Augustine a reçu six prix lors du dernier Gala du cinéma québécois, dont ceux de la meilleure réalisation et du meilleur film 2015.

“Il y a longtemps que je souhaite me réinvestir dans un projet qui me laisserait une grande latitude créatrice. Un espace libéré des contraintes habituelles de la narration (on oscille constamment entre différentes versions de la même histoire), un lieu où je peux explorer à ma façon le langage cinématographique, où je peux risquer de nouvelles avenues. Le plaisir aussi de travailler avec une jeune comédienne à l’immense talent Sophie Nélisse (dans le rôle d’Aïcha) et le bonheur de retrouver Karine Vanasse (dans le rôle de la mère) après Emporte-moi. Également la très belle découverte pour moi de Jean-Simon Leduc (dans le rôle de Baz).” de mentionner la réalisatrice Léa Pool.

Et au pire, on se mariera, est produit par Lyla Films, en coproduction avec Louise Productions (Suisse), avec la participation financière de Téléfilm Canada, de la SODEC, des programmes de crédits d’impôts du Québec et du Canada, ainsi que du Fonds Harold-Greenberg.

Distribué par K-Films Amérique, Et au pire, on se mariera, prendra l’affiche au Québec en 2017.